Travailler dans les escaliers

Bon lundi! Dernier sprint final avant les vacances!

Cette semaine, on joue dans les escaliers ! En plus d’avoir un repère visuel très clair pour le nombre de répétitions à faire, c’est aussi une très bonne façon de rendre la pratique plus drôle! Et tant qu’à y être, l’élève ou l’enfant n’a pas trop le choix d’avoir une posture adéquate! Un 3 en 1 !

Alors vite, trouvez un escalier près de chez vous et place à la musique

Objectif: répéter sans s’ennuyer!

Matériel : le violon, l’archet et un escalier.

Procédure : pour faire plus de répétitions parfaites d’un même passage, il peut être intéressant de le faire travailler dans les escaliers (de façon supervisée, bien sûr!). En commençant en haut ou en bas des marches, faire jouer un passage qui a besoin de travail. Lorsqu’il réussit le passage, il peut passer à la marche suivante. Lorsqu’il a réussi tout l’escalier, une récompense s’impose!

escalier

Comment savoir combien de marches passer à la fois? En utilisant son imagination!

  • Un frère ou une sœur nomme le nombre de marches à faire;
  • Lancer un dé;
  • Commencer avec une marche, puis deux, trois, etc. ;
  • Laisser l’enfant choisir
  • Passer simplement d’une marche à l’autre

Variante pour compter le nombre de répétitions:

  • Utiliser les carreaux de céramique de la salle de bain ou de la cuisine ou les motifs du plancher;
  • Utiliser un jeu de marelle;
  • Utiliser les carreaux de trottoir ou les pierres d’un sentier;
  • Utiliser des cerceaux;

L’article original ici.

Travailler dans les escaliers

Le bricolage

C’est difficile de répéter plusieurs fois un passage! C’est encore plus difficile lorsqu’on connaît et aime la suite de la chanson ; on veut toujours continuer! Cet exercice est fait pour les enfants qui ont de la difficulté à travailler une seule section à la fois et qui veulent toujours continuer. Cela permet de diviser le travail en petites « bouchées » et de voir rapidement les progrès accomplis (un bol de passages « travaillés » et « réussis » et un bol de passages « à travailler »

Objectif:  répéter sans s’ennuyer!

Matériel : le violon, l’archet, une photocopie de la pièce à l’étude et une paire de ciseaux.

Procédure : découper la photocopie de la pièce à l’étude en lignes, en phrases ou en mesures. Déposer les morceaux de papier dans un bol ou un chapeau et faire piger à l’enfant le passage à répéter. Faire tous les papiers avant de recommencer. Plus tard, on peut coller certains passages ensemble pour travailler les enchaînements et ainsi reconstituer la pièce.

brico.png


Cette activité ainsi que son image viennent du blog Happiest Mom on the blog

Le bricolage

La liste

La plupart des gens ont une « to do list », une liste des choses qu’ils ont à faire. Elle est souvent longue, et on voit rarement la fin :). Se faire une liste de choses à travailler peut être un bon outil pour garder sa concentration, mais aussi pour garder en note notre progression lorsque l’on travaille une nouvelle pièce.

Il faut premièrement que la liste de choses à faire (ou de passages à travailler) soit d’une longueur réaliste, pour le temps dont on dispose. Pour votre enfant ou votre élève, il peut s’agir de 3 à 10 choses, dépendent aussi de leur âge et de leur capacité à rester concentré. Une liste qui n’en finit plus ou à laquelle on ajoute toujours une nouvelle tâche peut grandement nuire à la motivation de l’enfant. Déterminez ensemble et avant la pratique les choses qui seront travaillées et tenez-vous-en à cela!

Gardez une trace de ces listes peut nous aider et aider l’enfant à voir la progression de son travail. Avec une liste, il est plus facile de s’assurer de travailler tous les passages d’une pièce, plutôt que toujours les mêmes. Garder un journal de bord, un tableau ou une simple feuille est un outil indispensable pour une pratique structurée!

Objectif: répéter un passage sans s’ennuyer!

Matériel : le violon, l’archet, une liste des choses à travailler ou un tableau blanc ou noir sur lequel on écrit les choses à travailler, un dessin (sur lequel on laisse l’enfant colorier une partie chaque fois qu’il réussit un passage trois fois parfaitement), etc.

Procédure : laisser l’enfant cocher, colorier, rayer ou effacer sur un tableau chaque fois qu’il fait une bonne répétition. Avoir un nombre prédéterminé de répétitions en commençant. Déterminer ensemble les critères à avoir pour qu’une répétition soit considérée « parfaite ».

La liste

Les jetons

J’ai toujours de la difficulté à rester concentrée lorsque je travaille un passage en particulier; je continue jusqu’à la fin de la page ou de la phrase, j’oublie le nombre de répétitions réalisées, je me mets à travailler un autre passage, etc! C’est parfois difficile de rester concentrée sur ce petit passage en particulier ! Surtout lorsqu’on joue quelque chose qu’on aime particulièrement!

J’utilise parfois de petits objets pour m’aider à compter le nombre de répétitions que je fais d’un même passage. En plus d’être un repère pour compter, c’est aussi simplement un aide-mémoire pour m’aider à rester concentrée sur une seule tâche à la fois, ce qui peut être difficile, même pour les adultes!

Objectif: répéter un même passage sans s’ennuyer!

Matériel : le violon, l’archet et de petits objets qui se comptent bien (jetons, sous, figurines, cartes, etc.). L’enfant et le parent détiennent cinq objets chacun (ou trois ou quatre objets chacun).

jetons

Procédure : déterminer un défi réaliste pour la période de travail. Par exemple, jouer toute la pièce avec le pouce de la main droite arrondi, jouer toute la première ligne sans regarder la partition, etc. Si le défi est réussi, le parent donne un de ses objets à l’enfant. Si l’enfant manque le défi, le parent « gagne » un objet. Continuer jusqu’à ce que l’enfant ait amassé tous les objets.

Variante: au départ, le parent détient 7 objets (ou 3-4-5-6, selon la difficulté et la longueur du passage), l’enfant n’en a pas. Pour chaque répétition réussie, l’enfant récolte 1 objet. Pour chaque répétition non réussie, le parent reprend 1 objet. On termine l’activité lorsque l’enfant a obtenu tous les objets!

Quel est votre objet préféré pour compter vos répétitions parfaites ? Moi ce sont des crayons!


L’activité est inspirée des connaissances acquises à l’atelier »Le travail instrumental: comment en tirer le maximum! », donné par Mathieu Boucher, Doctorant à l’Université Laval. Plusieurs pédagogues et parents suggèrent aussi ces trucs sur des forums ou des blogues.

Source de l’image ici.

Les jetons

3, 5, 7 ou 10 fois parfaites

Lorsque je pratique mes propres pièces, ce truc m’aide beaucoup. Il m’aide à rester concentrée et à garder un objectif en tête. On répète parfois inlassablement, sans trop s’écouter. Lorsque je bute sur un passage difficile, je m’assure de le faire au moins 3 fois parfaites consécutives avant de passer à un autre extrait. Le mot consécutives est très important ici. En effet, le cerveau retiendra ce qu’on lui a montrer le plus souvent. Si on fait 5 passages « avec erreur », suivi d’un seul passage « parfait », le cerveau retiendra le passage « avec erreur », puisqu’il a été joué plus de fois.

Si l’enfant ne réussit pas au bout de plusieurs essais, c’est peut-être…

… parce que le passage est trop long, trop rapide (réduire la longueur ou la vitesse du passage)
… parce qu’il y a trop de difficultés dans un même passage (réduire à un passage qui ne contient qu’une seule difficulté)
… parce que le nombre de répétitions demandées est trop élevé, l’enfant est découragé (réduire à 3 fois parfaites consécutives ou 7 fois parfaites selon la méthode +1 -1, voir prochain article)
… parce que l’enfant n’a pas toutes les connaissances pour pouvoir réussir le passage (doigté manquant, note inconnue, etc.) (s’assurer avec l’enfant et le professeur qu’il dispose de tous les outils et stratégies nécessaires pour réussir le passage.
… etc.

À vous de jouer!

boulier

Objectif: pratiquer sans s’ennuyer!

Matériel : le violon et l’archet. Acheter un boulier ou en fabriquer un à l’aide de ficelle, de bois et de grosses perles! On peut aussi utiliser de petits objets qui se comptent bien (jetons, sous, figurines, cartes, etc.).

Procédure : au lieu de dire « répète jusqu’à ce que cela soit parfait », donner un objectif clair de travail : « ton objectif de travail est de jouer ce passage x fois parfaitement consécutives» (au moins trois fois). Cet outil peut être utilisé pour encourager les répétitions et pour offrir un support visuel clair pour les périodes de travail instrumental.


L’activité est inspirée des connaissances acquises à l’atelier »Le travail instrumental: comment en tirer le maximum! », donné par Mathieu Boucher, Doctorant à l’Université Laval.

L’image vient d’ici.

3, 5, 7 ou 10 fois parfaites

Le petit professeur

Inverser les rôles, c’est vraiment l’fun! Chacun (l’élève, le parent et le professeur) y réalise beaucoup de choses ! On se rend rapidement compte, en tant que professeur, de ce que l’élève a ou n’a pas compris. Cela nous permet de réajuster le tir.

Pour l’enfant, c’est une autre façon (très drôle) d’apprendre, c’est aussi une belle façon de donner une nouvelle responsabilité à l’enfant.

Les parents aussi y apprennent beaucoup; ils prennent conscience de ce que leur enfant doit faire et apprendre, ils développent leur patience et vivent de beaux moments avec leur enfant. C’est très beau à voir!

Cet exercice permet au parent de devenir un élève et à l’enfant de devenir le professeur de violon.

Objectifs:

  • Créer un sentiment d’appartenance;
  • Partager ses connaissances et ses difficultés;
  • Avoir du plaisir;
  • S’entraider;
  • Rompre la monotonie que peut parfois entraîner l’apprentissage d’un instrument de musique;
  • Consolider ses apprentissages.

Matériel : le violon et l’archet.

Procédure : l’enfant doit enseigner, dans ses propres mots, une notion qu’il connaît bien : comment tenir l’archet, comment tenir le violon, comment lire les notes sur une portée, qu’est-ce qu’un dièse, une gamme, le spiccato? En enseignant cette notion à quelqu’un d’autre, l’enfant doit réfléchir à la notion apprise et aux meilleurs mots qu’il pourrait utiliser pour l’expliquer de la manière la plus claire possible. C’est une manière d’apprendre très efficace, qui lui permet de consolider ses apprentissages.

Pour les amis et les frères et sœurs, demander au plus vieux de travailler avec le plus jeune. Le plus vieux apprend à rendre ses explications claires, à synthétiser une idée dans sa tête. Le plus jeune reçoit une assistance et une nouvelle perspective d’une notion. En assurant une étroite surveillance, la période de travail instrumental complète, ou la portion de période peut s’avérer très efficace.

Le petit professeur

Les 10 commandements de l’importance de l’encadrement parental dans les périodes de travail instrumental à la maison.

  1. De l’intérêt pour la musique, vous aurez: l’enfant a besoin de sentir que ses parents portent de l’intérêt pour ce qu’il fait. Il a besoin de sentir que la musique est importante pour ses parents. Faites une place pour la musique dans votre vie : écoutez de la musique, allez voir des concerts, apprenez vous-mêmes un instrument de musique.
  2. Des encouragements, vous donnerez souvent : les encouragements, les commentaires constructifs et positifs peuvent avoir un impact important sur la motivation de l’enfant.
  3. Le plaisir, vous prioriserez : L’objectif principal est de s’amuser et de jouer dans une ambiance détendue! Les activités ludiques sont faites pour rompre la monotonie souvent vécue pendant la période de travail instrumental : gammes-études-pièces, gammes-études-pièces, etc.

Les activités ludiques facilitent les nombreuses répétitions qu’exige un travail instrumental.

  1. Votre enfant, vous écouterez : l’enfant a besoin d’être écouté! Écoutez ses besoins, ses craintes, ses interrogations et ses idées, c’est le meilleur moyen de lui fournir le meilleur environnement de travail instrumental possible. Comme chaque enfant est différent, certaines activités peuvent fonctionner ou non avec lui. Il est donc primordial de bien connaître son enfant et de l’encourager à s’exprimer. Il s’agit également d’un bon moyen pour prévenir et déceler les baisses de motivation!
  2. Aux leçons, toujours vous assisterez : il est primordial de toujours assister assidûment à la leçon de votre enfant, surtout durant les premières années d’apprentissage. Écoutez attentivement et notez ce que l’enfant a à faire. Participez si le professeur le demande.
  3. Un encadrement, vous offrirez : en encadrant la période de travail instrumental de l’enfant dès le départ (moment, fréquence et nombre de minutes), une routine s’installe et la répétition devient une activité quotidienne, au même titre que les devoirs, les repas, le brossage des dents ou le dodo. L’enfant a besoin de cet encadrement dès le départ pour le sécuriser et accepter plus facilement la routine de travail. Jouer du violon tous les jours, même si ce n’est que pour jouer Twinkle une seule fois!
  4. Un rappel (des consignes, des défis), vous donnerez : l’enfant a besoin du parent pour noter les aspects à travailler ou pour lui rappeler les choses écrites par le professeur. C’est aussi son rôle (pendant les premières années du moins) de veiller à faire respecter les consignes de posture qui sont le plus souvent oubliées (carnet de notes).
  5. Une planification, vous préparerez avec votre enfant : durant les premières périodes de travail instrumental, l’enfant a besoin de l’aide de ses parents pour planifier les tâches à faire, le nombre de répétitions à effectuer pour chaque tâche, les objectifs à atteindre, etc. Les enfants ont parfois de la difficulté avec la notion du temps; 15 minutes de travail peuvent sembler interminables lorsqu’elles ne sont pas organisées. Demandez l’aide du professeur.
  6. Vers l’autonomie, vous les mènerez : en fournissant un bon environnement de travail, des stratégies de travail, une routine, une planification des tâches à l’enfant, il deviendra, petit à petit, plus autonome pour sa répétition instrumentale!
  7. Présent, vous serez : aux cours, durant le travail à la maison, présent pour votre enfant !
Les 10 commandements de l’importance de l’encadrement parental dans les périodes de travail instrumental à la maison.