La plage

Vous rêvez déjà aux vacances ? Vous rêvez à la plage, à la brise légère et au sable chaud? Cette activité est parfaite pour vous faire patienter jusqu’à l’été!

Voici une occasion pour découvrir ensemble toutes les possibilités sonores du violon. C’est aussi une belle activité pour apprendre des sonorités et des manières de jouer inusitées! Encouragez votre enfant à laisser aller son imagination!

Lire la suite « La plage »

La plage

Trouve les erreurs ou les différences

Voici une petite activité à faire avec votre enfant ou votre élève pour affiner ses oreilles!

Un parent qui est musicien, ou qui sait jouer d’un instrument de musique, peut faire apprécier les différences entre les sons à son enfant. Sinon, le parent peut aussi simplement fredonner ou chanter!

Objectifs:

  • Travailler l’écoute;
  • Développer l’oreille musicale;
  • Apprendre à faire des comparaisons et des liens entre les notes entendues et jouées;
  • Apprendre à reconnaître la bonne justesse;
  • Travailler la mémoire;
  • Apprendre à garder un tempo stable et à garder la bonne hauteur des notes sans aide;
  • Expérimenter;
  • Faire travailler la mémoire et les oreilles au lieu de ses yeux.

Matériel : le violon, l’archet ou n’importe quel instrument pour le parent.

Procédure : jouer ou chanter une pièce que l’enfant connaît bien et y insérer une erreur volontaire (de note, de rythme ou de caractère). L’enfant doit identifier l’erreur et décrire comment la corriger.

Jouer ou chanter deux fois le même extrait de manières différentes : piano/forte, grinçant/doux, staccato/legato, etc. L’enfant doit reconnaître les différences, essayer de les recréer au chant ou au violon et choisir quelle version s’applique le plus à sa pièce.

Trouve les erreurs ou les différences

Chansons à l’oreille

Dans la philosophie de la méthode Suzuki, l’enfant doit s’immerger complètement dans le nouvel univers musical. Pour se faire, il écoute avec ses parents les enregistrements des pièces tous les jours. Tout comme l’apprentissage d’une nouvelle langue, l’enfant écoutera simplement les nouveaux mots, phrases et mélodies de la nouvelle langue. Puis, il apprendra à dire de simples mots et ensuite à les mettre ensemble pour faire des phrases. Ce n’est que bien plus tard que l’enfant apprend à lire et à écrire la musique.

Cette méthode fait travailler énormément les oreilles des élèves et les rend ensuite capables d’entendre leurs propres fausses notes ou erreurs et de les corriger! Ils jouent en général très juste!

Pour apprendre à l’oreille, il est plus facile d’apprendre de courtes chansons que l’enfant connaît très bien, comme des berceuses ou des comptines, qui sont souvent écrites très simplement (Dans la tonalité de La majeur, quelques notes seulement sur la corde de La).

Objectifs:

  • Travailler l’écoute;
  • Développer l’oreille musicale;
  • Apprendre à faire des comparaisons et des liens entre les notes entendues et jouées;
  • Apprendre à reconnaître la bonne justesse;
  • Travailler la mémoire;
  • Apprendre à garder un tempo stable et à garder la bonne hauteur des notes sans aide;
  • Expérimenter;
  • Faire travailler la mémoire et les oreilles au lieu de ses yeux.

Matériel : le violon, l’archet et des enregistrements de pièces très simples. Demander au professeur de l’enfant des enregistrements des pièces à apprendre à l’oreille qui seront simples pour lui. Sinon, on peut aussi apprendre des chansons de mémoire comme Joyeux anniversaire, Frère Jacques ou Au clair de la lune en les commençant par la corde de la.

Procédure : apprendre un petit bout chaque jour ou une fois par semaine sans l’écrire! Au début, il devra faire plusieurs essais avant de trouver les notes. L’exercice deviendra graduellement beaucoup plus facile, c’est pourquoi il est important de commencer par des choses simples, et par une ou deux phrases par jour. Il peut être utile de chanter, fredonner, siffler, et faire jouer un enregistrement de la pièce souvent.

Chansons à l’oreille

Trouve la note!

Dans le cadre de mes expériences d’enseignement, j’ai appris à enseigner la méthode Suzuki, méthode qui privilégie d’abord un enseignement à l’oreille. Cela veut dire que pendant les premières années d’apprentissage, l’enfant n’a pas de partitions et ne lit pas la musique. Il apprend en écoutant de nombreuses fois les enregistrements de ses pièces, et avec l’aide de son professeur, qui lui fait de petites dictées musicales. Les enfants qui apprennent de cette façon (seulement de cette façon ou en combinaison avec d’autres façons) développent grandement leur oreille musicale et jouent généralement très juste.

L’enfant, pour trouver les notes d’une nouvelle chanson, écoutera tous les jours la pièce à l’étude. Son professeur lui jouera de petites sections de la pièce et l’enfant doit trouver, par essais et erreurs, les notes de sa chanson. Avec le temps, ce processus devient très rapide. L’enfant détectera plus rapidement si la mélodie monte ou descend, si les notes sont conjointes ou disjointes (si elles se suivent ou non), si la mélodie est sur une corde grave ou aiguë, etc. Il développera des stratégies pour trouver la mélodie et pourra éventuellement apprendre seul une nouvelle pièce!

Avant d’apprendre des pièces entières à l’oreille, il faut s’entraîner en devinant de simples notes.

Matériel : le violon, l’archet, un piano (ou un autre violon, un accordeur chromatique ou une flûte d’accord).

Procédure : jouer au piano (ou à tout autre instrument) une note au hasard (s’assurer que l’enfant connaît et sait comment jouer la note!). L’enfant doit alors trouver, en cherchant sur son violon, la note entendue. Il est normal que l’enfant doive jouer plusieurs notes avant de la trouver. L’encourager à faire des essais.

Choisir des notes simples que l’enfant connaît (les cordes à vide ou les notes de la corde de la par exemple) et lui répéter plusieurs fois. Donner des indices (la note est sur la corde de mi, la, ré, ou sol, la note se trouve dans la gamme de do majeur, etc.).

Faire ensuite deviner de petites séries de deux, trois notes ou plus. Intégrer des éléments de rythme.

Trouve la note!

La chanson

Un moyen super efficace de travailler toutes sortes de choses à la fois (apprendre pas coeur, améliorer la justesse, améliorer la précision rythmique, ajouter de l’expressivité, travailler les nuances, le phrasé, etc.) !

Chanter, ce n’est pas bébé! Ça peut être facile, amusant, divertissant et nous apprendre plein de choses en même temps. Plus on commence à chanter jeune, meilleur on est et moins timide on est lorsqu’il faut chanter.

Le meilleur moyen de faire chanter votre enfant sera de l’encourager à travers des chansons de son répertoire, des chansons qui sont en lien avec le temps de l’année (Noël, anniversaire, Halloween, etc.), des chansons qu’il connaît bien (comptines, chansons traditionnelles, chansons à la garderie, etc.) ou des chansons de groupes de musique ou d’émissions de télévision/jeux vidéo qu’il préfère.

Noël arrive dans quelques jours à peine, profitez-en pour chanter en famille, juste pour le plaisir!

Objectifs:

  • Travailler l’écoute;
  • Développer l’oreille musicale;
  • Apprendre à faire des comparaisons et des liens entre les notes entendues et jouées;
  • Apprendre à reconnaître la bonne justesse;
  • Travailler la mémoire;
  • Apprendre à garder un tempo stable et à garder la bonne hauteur des notes sans aide;
  • Expérimenter;
  • Faire travailler la mémoire et les oreilles au lieu de ses yeux.

Matériel : la partition d’une pièce à l’étude, un enregistrement de celle-ci.

Procédure : si vous avez trouvé des paroles aux pièces à l’étude comme dans l’activité « L’histoire » dans la section « Qualité du son et expressivité », il sera facile de les chanter dans la maison, de chanter la bonne hauteur des notes et de les apprendre par cœur. Cette activité peut aussi servir de pause ou de transition entre deux activités.

Variante : chanter une pièce à l’étude par cœur pendant que le parent lit la partition afin de vérifier si l’enfant chante le bon nom de notes, le bon rythme et la bonne hauteur des notes (le bon son). On peut se corriger et échanger les rôles : le parent chante la partition par cœur et l’enfant doit vérifier les paramètres avec la partition.

La chanson

La chanson trouée

Vous vous souvenez de la Fureur, cette émission diffusée à la fin des années 90 et une bonne partie des années 2000 dans laquelle les participants devaient démontrer leurs habiletés en musique ?

Cette activité est directement inspirée de l’activité de l’émission où on entendait une chanson à chanter. À un moment inconnu, le son était coupé et les participants devaient continuer et espérer avoir gardé le tempo jusqu’au moment où on réentendait le son. C’est difficile, mais très amusant!!

Objectifs:

  • Travailler l’écoute;
  • Développer l’oreille musicale;
  • Apprendre à faire des comparaisons et des liens entre les notes entendues et jouées;
  • Apprendre à reconnaître la bonne justesse;
  • Travailler la mémoire;
  • Apprendre à garder un tempo stable et à garder la bonne hauteur des notes sans aide;
  • Expérimenter;
  • Faire travailler la mémoire et les oreilles au lieu de ses yeux.

Matériel : un enregistrement d’une pièce à l’étude et une chaîne stéréo.

Procédure : faire jouer la pièce et chanter les notes, le rythme ou frapper la pulsation. Arrêter ensuite la musique (ou baisser le volume et laisser l’enregistrement jouer); l’enfant doit continuer de mémoire ou avec la partition jusqu’à la fin de la pièce, de la phrase, ou jusqu’à ce que l’on augmente le volume de l’enregistrement.

Si l’exercice est trop difficile à cause de la vitesse de l’enregistrement, demander au professeur de fournir un enregistrement plus lent, ou chanter la chanson avec l’enfant et arrêter de chanter à un endroit en particulier. L’enfant doit poursuivre seul.


L’image vient d’ici.

La chanson trouée