L’improvisation

L’improvisation permet à l’enfant de faire aller son imagination, de jouer ce qu’il lui plaît et d’expérimenter de nouvelles choses à l’instrument, sans contraintes. C’est une excellente façon de se détendre à la fin d’une pratique à la maison. Cette simple activité peut donner plus de confiance à un enfant, car on lui donne la possibilité de jouer ce qu’il veut, sans restriction et sans l’arrêter.

Objectifs:

  • Créer un sentiment d’appartenance;
  • Partager ses connaissances et ses difficultés;
  • Avoir du plaisir;
  • S’entraider;
  • Rompre la monotonie que peut parfois entraîner l’apprentissage d’un instrument de musique;
  • Consolider ses apprentissages.

Matériel : le violon et l’archet.

Procédure : pendant qu’un des deux enfants joue une pièce, l’autre peut improviser un accompagnement, avec les notes de son choix, dans l’ordre qu’il veut, pourvu que ce soit dans la bonne tonalité (dans la même gamme). De cette façon, ils apprennent à entendre et à apprécier les dissonances et les consonances et apprennent à trouver les meilleures notes pour aller avec d’autres.

On peut aussi faire l’activité « La grande conversation » dans la section « Qualité du son et expressivité ».


-https://fr.wikipedia.org/wiki/Improvisation_musicale
-Paul Rolland, dans son ouvrage Enseignement du mouvement dans le jeu des cordes, met beaucoup d’importance sur l’improvisation de petits accompagnement de cordes à vide sur des mélodies connues. C’est le meilleur moyen de commencer.
-Noémie Robidas a conçu 10 petits jeux sur l’improvisation musicale. Ils sont spécialement conçus pour les enfants et sont très amusant à faire!
-www.improviseforreal.com

L’improvisation

Un violon, 2 violonistes

Pour cette dernière entrée au blogue de l’année 2016 et avant les vacances de Noël, voici une activité toute en simplicité et en rigolade! J’en profite aussi pour vous souhaiter de merveilleuses vacances, profitez-en pour bien vous reposer et pour passer du temps avec eux que vous aimez.

L’activité consiste à jouer de l’archet sur le violon qu’une autre personne tient. Lorsque je fais cet exercice avec mes élèves, ils peuvent alors se concentrer sur un seul aspect, par exemple la qualité du son. C’est une belle récompense de fin de période de travail et une excellente activité de groupe, ou lorsqu’un ami violoniste est à la maison.

Avec un peu de pratique, vous pourrez bientôt faire ceci!!

Objectifs: 

  • Créer un sentiment d’appartenance;
  • Partager ses connaissances et ses difficultés;
  • Avoir du plaisir;
  • S’entraider;
  • Rompre la monotonie que peut parfois entraîner l’apprentissage d’un instrument de musique;
  • Consolider ses apprentissages.

Matériel : le violon et l’archet.

Procédure : l’enfant joue sur le violon avec sa main gauche, mais c’est le parent qui joue avec l’archet sur le violon. Ce peut être très drôle, l’enfant donnera peut-être au parent des trucs pour mieux jouer, ou il sera impressionné par sa longueur d’archet et voudra en faire autant.

Si les deux se sentent d’attaque, échanger les rôles. L’enfant joue la main de l’archet et le parent place les doigts de sa main gauche sur le manche du violon.

C’est aussi un bon moyen pour le parent de comprendre exactement ce que doit faire l’enfant et de mieux le guider et l’encourager.

Un violon, 2 violonistes

Le petit professeur

Inverser les rôles, c’est vraiment l’fun! Chacun (l’élève, le parent et le professeur) y réalise beaucoup de choses ! On se rend rapidement compte, en tant que professeur, de ce que l’élève a ou n’a pas compris. Cela nous permet de réajuster le tir.

Pour l’enfant, c’est une autre façon (très drôle) d’apprendre, c’est aussi une belle façon de donner une nouvelle responsabilité à l’enfant.

Les parents aussi y apprennent beaucoup; ils prennent conscience de ce que leur enfant doit faire et apprendre, ils développent leur patience et vivent de beaux moments avec leur enfant. C’est très beau à voir!

Cet exercice permet au parent de devenir un élève et à l’enfant de devenir le professeur de violon.

Objectifs:

  • Créer un sentiment d’appartenance;
  • Partager ses connaissances et ses difficultés;
  • Avoir du plaisir;
  • S’entraider;
  • Rompre la monotonie que peut parfois entraîner l’apprentissage d’un instrument de musique;
  • Consolider ses apprentissages.

Matériel : le violon et l’archet.

Procédure : l’enfant doit enseigner, dans ses propres mots, une notion qu’il connaît bien : comment tenir l’archet, comment tenir le violon, comment lire les notes sur une portée, qu’est-ce qu’un dièse, une gamme, le spiccato? En enseignant cette notion à quelqu’un d’autre, l’enfant doit réfléchir à la notion apprise et aux meilleurs mots qu’il pourrait utiliser pour l’expliquer de la manière la plus claire possible. C’est une manière d’apprendre très efficace, qui lui permet de consolider ses apprentissages.

Pour les amis et les frères et sœurs, demander au plus vieux de travailler avec le plus jeune. Le plus vieux apprend à rendre ses explications claires, à synthétiser une idée dans sa tête. Le plus jeune reçoit une assistance et une nouvelle perspective d’une notion. En assurant une étroite surveillance, la période de travail instrumental complète, ou la portion de période peut s’avérer très efficace.

Le petit professeur

Les invités musicaux

Pour la plupart des élèves suivant des cours de musique, les examens et les concerts approchent à grands pas ! Voici une bonne manière de garder la motivation des élèves, en leur fournissant un objectif concret (ex.: pour la semaine prochaine, nous jouerons une pièce pour grand-maman), mais aussi pour les préparer à jouer en concert.

Matériel : le violon et l’archet.

Procédure : lorsque l’enfant a bien travaillé une pièce, se déplacer pour la jouer chez les voisins, dans la rue ou chez les grands-parents. Lorsqu’il y a de la visite à la maison, inviter l’enfant à montrer ce qu’il sait.

Pour l’enfant qui a tendance à éprouver beaucoup de stress à jouer devant les autres, lui en parler plusieurs jours ou semaines à l’avance pour qu’il puisse être préparé. Surtout, ne pas le forcer. Demander des conseils sur le stress de performance au professeur de l’enfant. Augmenter graduellement le nombre et l’importance des concerts auxquels il participe. Choisir une pièce que l’enfant connaît très bien (en avoir toujours une ou 2 en banque) afin que l’expérience soit positive.

Les invités musicaux