3, 5, 7 ou 10 fois parfaites

Lorsque je pratique mes propres pièces, ce truc m’aide beaucoup. Il m’aide à rester concentrée et à garder un objectif en tête. On répète parfois inlassablement, sans trop s’écouter. Lorsque je bute sur un passage difficile, je m’assure de le faire au moins 3 fois parfaites consécutives avant de passer à un autre extrait. Le mot consécutives est très important ici. En effet, le cerveau retiendra ce qu’on lui a montrer le plus souvent. Si on fait 5 passages « avec erreur », suivi d’un seul passage « parfait », le cerveau retiendra le passage « avec erreur », puisqu’il a été joué plus de fois.

Si l’enfant ne réussit pas au bout de plusieurs essais, c’est peut-être…

… parce que le passage est trop long, trop rapide (réduire la longueur ou la vitesse du passage)
… parce qu’il y a trop de difficultés dans un même passage (réduire à un passage qui ne contient qu’une seule difficulté)
… parce que le nombre de répétitions demandées est trop élevé, l’enfant est découragé (réduire à 3 fois parfaites consécutives ou 7 fois parfaites selon la méthode +1 -1, voir prochain article)
… parce que l’enfant n’a pas toutes les connaissances pour pouvoir réussir le passage (doigté manquant, note inconnue, etc.) (s’assurer avec l’enfant et le professeur qu’il dispose de tous les outils et stratégies nécessaires pour réussir le passage.
… etc.

À vous de jouer!

boulier

Objectif: pratiquer sans s’ennuyer!

Matériel : le violon et l’archet. Acheter un boulier ou en fabriquer un à l’aide de ficelle, de bois et de grosses perles! On peut aussi utiliser de petits objets qui se comptent bien (jetons, sous, figurines, cartes, etc.).

Procédure : au lieu de dire « répète jusqu’à ce que cela soit parfait », donner un objectif clair de travail : « ton objectif de travail est de jouer ce passage x fois parfaitement consécutives» (au moins trois fois). Cet outil peut être utilisé pour encourager les répétitions et pour offrir un support visuel clair pour les périodes de travail instrumental.


L’activité est inspirée des connaissances acquises à l’atelier »Le travail instrumental: comment en tirer le maximum! », donné par Mathieu Boucher, Doctorant à l’Université Laval.

L’image vient d’ici.

Publicités
3, 5, 7 ou 10 fois parfaites

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s